English
    version Free Software Wikipedia Affiliate Button Internet libre



Christophe Ringeval


Adresse actuelle

Centre de Cosmology, Physique des Particules et Phénoménologie,
Institut de Recherche en Mathématiques et Physique,
Université de Louvain,
Chemin du Cyclotron 2,
1348 Louvain-la-Neuve, (Belgium)

Là où l'on peut m'écrire !

Mel : ringeval At fyma.ucl.ac.be
Tel : +32 (0)10 472 075
Fax : +32 (0)10 472 414


La panthère rose

Que fais-je ?

Essentiellement de la cosmologie primordiale, c'est-à-dire l'étude de l'univers lorsqu'il était âgé de moins d'un centième de milliardième de seconde.
Plus précisément, je me suis intéressé aux cordes cosmiques, des défauts topologiques du vide, d'un point de vue microscopique par l'étude des particules fermioniques qu'elles peuvent capturer, et d'un point de vue cosmologique par la recherche de leur éventuelle signature dans le rayonnement cosmologique (CMB).
Je travaille également en cosmologie branaire ou notre espace-temps possède plus de 4 dimensions. On peut dans ce cadre prédire des modifications de la gravité éventuellement détectables, et même donner une explication à la quantification de la masse des particules en général.
Je m'intéresse a la théorie des perturbations cosmologiques qui permet de prédire les fluctuations de température observées dans le CMB à partir de conditions initiales dans l'ère de radiation. Les phénomènes physiques survenant très tôt dans l'histoire de l'Univers sont alors susceptibles de modifier ces conditions initiales et de ce fait d'influer sur le CMB. C'est le cas des cordes cosmiques et des dimensions supplémentaires.
L'inflation est une phase d'expansion quasi-exponentielle de l'univers primordial qui semble privilégiée par les mesures actuelles du CMB. En plus de résoudre divers problèmes cosmologiques comme l'homogénéité et la platitude de l'Univers, l'inflation prédit en effet les conditions initiales des perturbations cosmologiques conduisant aux fluctuations de température du CMB.
Dans ce cadre, je travaille sur des modèles trans-Planckiens qui décrivent des modifications des théories physiques autour de l'échelle de longueur de Planck, c'est-à-dire au tout début de l'histoire de l'Univers. L'inflation joue alors le rôle de loupe sur ces effets microscopiques en les dilatant sur des échelles de longueurs cosmologiques aujourd'hui.
L'inflation, au travers de ces conséquences sur le CMB, est un moyen de sonder les théories de physique des particules à des échelles d'énergie considérables, bien au-delà de celles accessibles dans les accélérateurs de particules. C'est donc un domaine de choix pour faire passer les modèles de théorie des cordes, M, ou de gravité quantique d'un status de protoscience à science.


Mes Jobs :


Des détails ?


Outils scientifiques :


News :


Juste de l'entropie

Loisirs :

Linux is your future

Liens :

Flying giros
Mis à jour 09/2013